Slate.fr : Petits brasseurs cherchent bon houblon français

Sans houblon, pas de bière! En France, depuis quelques années, l’essor des brasseries artisanales transforme la culture de cette plante vivace, qui apporte de l’amertume et des arômes au breuvage.
À part dans certains coins d’Alsace ou du Nord, les houblonnières ne font pas (encore?) partie du paysage ordinaire. Dès le retour du printemps, les lianes de houblon s’enroulent peu à peu autour de câbles et de ficelles. Les plantes grimpent sur des structures imposantes, jusqu’à atteindre des hauteurs de sept ou huit mètres, voire plus.
En septembre, c’est le moment de la récolte: les cônes de houblons, des fleurettes en forme d’épi, sont récupérés, séchés, conditionnés et vendus à des brasseurs. C’est un ingrédient essentiel du breuvage. Cette plante est en effet très riche en composés apportant des saveurs à la bière: «L’amertume est déterminée par le taux d’acides alpha. Les huiles essentielles apportent les arômes. Leur taux varie, tout comme la diversité de ces huiles essentielles. Il existe dans le houblon plus de 850 composés aromatiques!», souligne Edouard Roussez, délégué général de l’association Houblons de France et houblonnier sur une parcelle d’1,3 hectare, récemment plantée à Hazebrouck (Nord). D’ailleurs, dans la réglementation française, une boisson peut être nommée «bière» uniquement si elle contient du houblon (ou «des substances conférant de l’amertume provenant du houblon»).

Pour lire l’article complet de Lucie de la Héronnière cliquez içi