IRLANDE : Le Brexit met la pression sur la Guinness

La Guinness, boisson emblématique de l’Irlande, pourrait voir sa fabrication perturbée par le Brexit.

Bière noire à grains torréfiés surmontée d’une épaisse mousse crémeuse, servie dans un verre orné d’une harpe celtique, la Guinness, boisson emblématique de   l’Irlande, pourrait voir sa fabrication perturbée par le Brexit.

Depuis 1778, elle est produite à la brasserie St. James Gate de Dublin. C’est un vaste complexe en briques installé au bord de la Liffey, la rivière qui traverse la capitale irlandaise. C’est de là que partent chaque jour des camions citernes, surnommés ici les «cartouches d’argent», remplis du précieux liquide, en direction du nord de l’île.

En route, ils traversent la frontière invisible avec la province britannique d’Irlande du Nord pour rejoindre Belfast. C’est là que le breuvage est conditionné, avant de revenir à Dublin pour être exporté par bateau.

«Le marché irlandais des boissons implique véritablement toute l’île», explique à l’AFP Patricia Callan, la directrice de la Fédération des boissons alcoolisées d’Irlande.

Retour des frontières

Dans le cadre des négociations du Brexit, le Royaume-Uni comme l’UE se sont engagés à n’instaurer aucune infrastructure physique qui puisse perturber les échanges à la frontière irlandaise après le retrait britannique de l’UE, afin de préserver l’Accord de paix du Vendredi Saint. Signé en 1998, il avait mis fin à trente ans de conflit sanglant entre unionistes majoritairement protestants et républicains catholiques en Irlande du Nord.

Pour lire l’article complet du journal Suisse “le Matin”, cliquez içi